[Photography] Dakar Street Series by Serubiri Moses

 

The work explores the relationship between the graffiti in the Point E and Ouakam area with Senegal’s history, literature and politics.

 

model_graffiti artist

 

photo_double_exposure

 

wade_monument

 

Advertisements

1 Comment

  1. Le graffiti représente tout un art à Dakar. Tous les murs sont tagués, que ce soient les murs de restaurants, de maisons, de bâtiments administratifs et même les monuments! Les Sénégalais ont trouvé un moyen de faire entendre leur voix à tout moment dans la ville, que ce soit à propos de politique, de sport (la lutte, le sport favori) ou tout simplement une pensée qui passe par la tête. A première vue ces graffitis semblent très salissants, mais au fur et à mesure qu’on les lit, on prend le pouls de la ville et on comprend parfaitement l’état d’esprit de chacun des habitants de Dakar. Au départ je me disais “les Sénégalais ne respectent rien, ils salissent une aussi belle ville!” Après y avoir vécu une année, je me suis rendue compte que c’est peut-être pour eux une manière de s’exprimer dans un contexte musulman ou la restriction est la norme, mais aussi d’affirmer leur présence et leur autorité dans une ville majoritairement peuplée d’expatriés qui profitent bien plus des richesses locales (dans tous les sens du terme) que les locaux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s